Le Très Haut Débit en Isère

 

 

 

Présentation du projet Isère THD

 

Le développement des accès à internet est un enjeu majeur de société : les usages liés aux applications numériques et le nombre des objets connectés qui passeront à 30 milliards d’unités en  2020 connaissent au-delà des seuls ordinateurs et smartphones, une croissance importante tant au sein des foyers que du monde professionnel et économique.

 

Au plan économique, l’accès au THD accélère le développement des services et produits innovants ; il contribue désormais à la compétitivité des entreprises et à l’attractivité des territoires.

 

La couverture numérique du territoire par déploiement d’un réseau de fibre optique pour permettre l’accès de tous, particuliers et entreprises, au très haut débit numérique (THD) est donc devenu en quelques années un des éléments clés du développement territorial et une des principales attentes à la fois des habitants et des acteurs locaux mais également un critère décisif dans les choix d’installation sur une commune.

 

Pour pallier au plus vite le risque d’une fracture numérique entre des territoires denses et pourvus du très haut débit par les investissements des opérateurs privés, et les territoires plus ruraux et délaissés faute d’un modèle économique satisfaisant, le Département a décidé la mise en œuvre d’un Réseau d’initiative publique (RIP) pour la couverture à très haut débit de l’Isère dans son ensemble. Le Département a ainsi adopté dès 2011 un schéma directeur territorial d’aménagement numérique, après concertation avec les opérateurs privés et les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI), modifié en janvier 2015 pour tenir compte des évolutions du projet.

 

Ce RIP en complète les réseaux de fibre optique en cours de déploiement par les opérateurs privés, sur 46 communes du Département. L’aménagement numérique du reste du département, soit 480 communes, repose sur l’implication et l’investissement des structures publiques dans le cadre du plan France Très Haut Débit.

 

La réalisation de la partie structurante de ce réseau d’initiative publique très haut débit (les artères principales, soit 2500 km de fourreaux à construire ou à mobiliser) est assurée en Maîtrise d’ouvrage par le Département.

 

Le Département assure également la construction des 110 locaux techniques, dits « nœuds de raccordements optiques » destinés à abriter les équipements actifs.

 

La réalisation de la partie capillaire du réseau desservant les particuliers et les entreprises, l’exploitation et la commercialisation auprès des fournisseurs d’accès internet (FAI) du réseau dans son ensemble, sont confiées à un opérateur d’infrastructures dans le cadre d’une délégation de service public.

 

Celle-ci a été attribuée à SFR Collectivité fin avril 2016.

 

 En 2016, le Rip Isère THD entre dans sa phase opérationnelle, les premiers travaux  seront lancés dès le début de l’année 2017, et les premières prises en fibre optique raccordées dès le deuxième semestre.

 

 

 

Comment le Département de l'Isère construit le réseau Très Haut Débit

 

L’infrastructure générale du Réseau d’Initiative Publique de Très Haut Débit (RIP Isère  THD) est composée du réseau structurant, dit de collecte-distribution. Ce réseau structurant est constitué des artères principales en fibre optique.

 

Cela représente 2 500 km d’infrastructures à construire depuis différents points d’interconnexion avec les réseaux nationaux et internationaux de communication électroniques qui permettent d’opérer les échanges avec les autres réseaux et l’extérieur.

 

Le réseau de collecte distribution à plusieurs objectifs : relier les locaux techniques  (nœuds de raccordement optiques ou NRO) entre eux et avec les points d’interconnexion, et permettre la distribution des fibres dans chacune des communes.

 

Il permet aussi de venir distribuer directement les zones d’activités et un certain nombre de bâtiments publics.

Les nœuds de raccordements optiques abritent les équipements qui distribuent les signaux optiques vers chacun d’entre nous. Ils  sont le pendant, pour la fibre optique, des centraux téléphoniques pour le réseau cuivre/ADSL.

 

La desserte en FTTH (Fiber to the Home ou fibre à l’abonné) est réalisée par le Délégataire de service public (SFR Collectivités). Il dispose de 9 ans pour rendre raccordables tous les Isérois, en installant les câbles de fibre optique partout sur le territoire.

 

Il est opérateur d’infrastructure, et exploite la totalité du réseau pendant 25 ans. A ce titre, il commercialise des prises de fibre optique aux fournisseurs d’accès Internet (FAI) qui auront signé un contrat pour être présent sur le RIP, et réalise le raccordement final chez l’abonné.

 

Ce sont ces FAI qui, via leurs offres « grand public » ou « entreprise » permettront aux Isérois d’accéder à la fibre optique.

 

 

1. Le réseau structurant

Création d’un réseau structurant : déploiement de 2 500 kilomètres de fibre optique pour raccorder tous les territoires isérois.

Le réseau structurant est constitué des artères principales en fibre optique permettant le raccordement les Isérois au réseau de transport national des télécommunications.

 

 

2. Le réseau capillaire

Le réseau capillaire ou réseau de desserte est le câblage optique entre le réseau structurant et la limite de propriété publique / privée. Travaux réalisés en souterrain
ou en aérien. Il est réalisé sous le contrôle du Département de l'Isère par un opérateur privé dans le cadre d’une délégation de service public (DSP) attribuée en avril 2016 à SFR Collectivités.

 

 

3. Le raccordement

Cette opération de raccordement final sera effectuée lorsque le particulier, l’entreprise ou la collectivité aura souscrit à un abonnement
auprès d’un fournisseur d’accès Internet.

 

 

 

Découvrez la présentation du schéma de construction du réseau Isère THD :